Jaguar

Partagez votre culture historique de la F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2504
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

Jaguar

Message par JTarJ » sam. 10 févr. 2018 4:23

Originellement posté par modena49 le 10/05/2007

Jaguar est une marque automobile britannique créée en 1922 par William Lyons et William Walmsley sous le nom de Swallow Sidecar Company.

Jaguar a participé au championnat du monde de Formule 1 de 2000 à 2004.
Peu de personne savent que les vrais début de Jaguar en F1 remonte à .... 1950.
En effet, l'italien Clemente Biondetti pilota une Ferrari à moteur Jaguar (!!!!) lors du Grand Prix d'Italie. Ce moteur était un gros 3,4 litres de 6 cylindres. Il rendit l'âme durant la course mettant fin à ce qui aujourd'hui apparaît comme une abbération : mettre un moteur ne venant pas de Maranello dans une Ferrari
L'origine de l'équipe Jaguar en F1 remonte à l'année 1999 où Ford, motoriste de l'écurie Stewart, décide de racheter l'équipe de l'ancien champion du monde pour faire courir sous ses propres couleurs Jaguar, filiale que le géant américain voudrait dynamiser. Pour la première année, Johnny Herbert reste dans l'écurie et Eddie Irvine, vice-champion du monde en titre, est recruté. Tout semble bien en place pour ce qui semble être une équipe de pointe pour l'an 2000.

Hélas, rien ne va se passer comme prévu pour les "verts", les deux premiers Grand Prix s'achèvent sur un double abandon. La fiabilité revient petit à petit mais la boite de vitesses semble être le talon d'achille de la R1, et quand elle tient jusqu'au bout la Jaguar manque souvent de performance malgré de nombreuses arrivées dans le top 10. Le point d'orgue arrivera à Monaco, 7ème course de l'année, où Irvine parvient à terminer en 4ème position et inscrit les premiers points de l'équipe. Hormis un nouveau point de Irvine en Malaisie, Jaguar n'inscrira plus de point en 2000 et connaitra quelques frayeurs comme le remplacement au pied levé d'Irvine en Autriche par Luciano Burti (alors pilote d'essai) ou encore la terrible sortie de piste de Johnny Herbert en Malaisie qui célebrait alors sa dernière course.

L'année 2001 est marquée d'emblée par le recul pris par Paul Stewart, atteint d'un cancer. C'est l'américain Bobby Rahal qui prend les commandes de l'équipe tandis que Luciano Burti est engagé au poste de titulaire aux côtés d'Irvine. La saison démarre sur de gros espoirs mais ressemble pourtant à la précédente : 12 abandons dans les 6 premières courses et aucun point inscrit... Burti quitte l'équipe pour Prost GP et il est remplacé par Pedro de la Rosa. Arrive Monaco et Irvine réitère sa performance de 2000 en accrochant le wagon des leaders pour terminer à une très belle 3ème position, c'est le premier podium de Jaguar et il est un peu inattendu! Dès le Grand Prix suivant, c'est De la Rosa qui ouvre son compteur avec 1 point au Canada. Le reste de la saison est morose et ce n'est pas l'arrivée de Niki Lauda en tant que Team Manager qui changera les choses. Jaguar termine l'exercice 2001 en 8ème position au championnat avec 9 points.

L'année 2002 est à nouveau terrible pour les verts, la voiture est ratée et elle manque toujours de fiabilité... Irvine et De la Rosa font toujours équipe et l'irlandais parvient à signer une belle 4ème place dès le GP d'Australie, bien aidé par les nombreux incidents de course. Ce résultat reste un feu de paille puisque la saison 2002 est un enfer pour Jaguar qui ne parvient plus à rentrer dans les points et qui connait 15 abandons pendant les 12 courses suivantes... En Belgique, Irvine réussit à prendre le point de la 6ème position avant de réussir une fantastique performance en Italie en se qualifiant 5ème et en offrant un second podium à l'équipe avec la 3ème place. Cependant, de mauvais choix et des performances trop faibles (ainsi que quelques déclarations malencontreuses) valent à Niki Lauda de se faire licencier, tout comme De la Rosa et Irvine, l'irlandais décidant de mettre un terme à sa carrière.

Jaguar fait donc peau neuve en 2003 et démarre avec la certitude de l'impossibilité de faire pire, Mark Webber et Antonio Pizzonia sont les deux nouveaux pilotes titulaires. Mark Webber fera effectivement de belles prestations au volant de la R4 bien que les deux premières courses se soldent à nouveau par un double abandon, une constante malheureuse pour Jaguar! Au Brésil, pour la troisième course, Webber se qualifie à la surprise générale en 3ème position, aidé par le nouveau système de qualification. Il faut cependant attendre le 5ème Grand Prix pour voir une Jaguar dans les points : Webber termine 7ème en Espagne et inscrit 2 points grâce à la nouvelle attribution des points en vigueur en 2003. L'australien réitère sa performance deux semaines plus tard en Autriche. La Jaguar convient à Mark Webber et l'australien se classe dans les points trois fois consécutives à Montréal, au Nürburgring et à Magny-Cours. De son côté Antonio Pizzonia accumule les contre performances et constitue l'ombre au tableau de ce beau début de saison 2003 pour Jaguar. Le résultat ne se fait pas attendre puisque Pizzonia est remplacé dès le Grand Prix d'Allemagne par Justin Wilson, transfuge de chez Minardi, jusqu'à la fin de la saison. La suite de la saison continue au rythme imposé par Webber, illuminé par quelques beaux coups d'éclats comme en Hongrie, où il se qualifie à nouveau 3ème, ou encore aux Etats-Unis où Webber permet à Jaguar de faire ses premiers (et ses seuls) tours en tête d'un Grand Prix de Formule 1. Jaguar termine finalement la saison 2003 sur une belle impression bien que l'équipe soit à nouveau 7ème au championnat avec 18 points.

Au vue des résultats enregistrés en 2003, Jaguar est attendu au tournant pour 2004 en tant qu'outsider régulier, avec quelques podiums à la clé. Si la présence de Webber est assurée, l'équipe attend un certain moment avant d'annoncer le second pilote. Après avoir entendu les noms de Villeneuve, Verstappen ou Wilson, c'est finalement Christian Klien qui remporte le bacquet, fort du soutien de son puissant sponsor Red Bull. Webber se montre à nouveau d'emblée à l'aise mais la performance de sa voiture ne lui permet pas de briller, malgré de beaux résultats en qualification comme une première ligne aux côtés de Schumacher en Malaisie. La Jaguar R5 semble cette fois fiable mais peu performante... Webber inscrira 1 point à Barhein, 2 autres en Europe, 1 en Grande Bretagne puis en marque 3 en Allemagne deux semaines après. Klien, quant à lui, fait de son mieux pour essayer de rivaliser avec son rapide coéquipier mais termine souvent à la porte des points. Il parviendra néanmoins à marquer 3 points au Grand Prix de Belgique. Les résultats sont décévants et ne traduisent aucune amélioration visible : c'en est trop pour Ford qui investit beaucoup de temps et d'argent pour son programme F1 sans aucun retour sur investissement... Le 17 septembre 2004, la sentence tombe : Ford décide de mettre en vente l'équipe Jaguar et par la même occasion de se séparer du motoriste Cosworth. Le coup est rude pour l'ensemble du personnel de l'écurie mais il reste 3 Grands Prix dans la saison pour tenter de marquer le coup une dernière fois. Mais les faits de course vont en décider autrement : lors du dernier GP de la saison, les deux Jaguar s'accrochent et Webber doit abandonner. Une triste image mais qui résume d'une certaine manière l'ensemble de la vie de l'équipe, rongée par des querelles internes et par un manque de stabilité au niveau du management ou par une trop grande pression exercée par la hiérarchie.

Le 15 novembre 2004, la société Red Bull annonce qu'elle s'est portée acquéreur de l'ensemble des installations de Jaguar. Le patron de Red Bull, Dietrich Mateschitz concrétise donc son rêve de monter une équipe sous ses propres couleurs et profite du rachat de Jaguar pour passer outre la caution de 48 millions de dollars que doit payer chaque nouveau team pour son entrée en F1.

Palmarès
Premier GP : Australie 2000
Dernier GP : Brésil 2004
Nombres de GP disputés : 85
Victoires : aucune
Poles positions : aucune
Meilleur résultat en course : 3ème (Monaco 2000 et Italie 2002)
Nombre de points marqués : 49

Image
Image
Image

Répondre