Hesketh Racing

Partagez votre culture historique de la F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2499
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

Hesketh Racing

Message par JTarJ » sam. 10 févr. 2018 4:33

Originellement posté par Tikimi le 01/11/2008

Pour http://f1davant.forumactif.net

Les débuts

Lord Alexander Hesketh était riche et passionné de course automobile. Très riche et très passionné même. Une chance pour lui, car le sport automobile est une passion pour le moins coûteuse !

Lord Hesketh est devenu bon ami avec un pilote de F3, du nom d’Anthony Horsley, alias « Bubbles », qui était loin d’occuper les haut de classements. Puis Anthony « Bubbles » Horsley rencontre James Hunt, pilote de F2 pour l’écurie March, dont la carrière est au point mort. Hunt et Hesketh sont fait pour s’entendre, et Bubbles trouve un accord avec le pilote Britannique pour que ce-dernier devienne pilote de Formule 3 de Lord Hesketh, qui essaye de créer sa propre écurie.

James Hunt est donc engagé au championnat de Formule 3 1973, au volant d’une Surtees de Formule 2 achetée par Lord Hesketh, et rapidement démolie par James Hunt lors d’un accident.

Finalement, Hesketh loue une Surtees TS9 (engagée pour les championnats 1971 et 1972 de F1) pour la course des champions de 1973, se déroulant à Brands Hatch. James Hunt termina cette course en 3e position derrière Peter Gethin et Denny Hulme. Un résultat très satisfaisant qui poussa Alexander a s’engager en formule 1.

C’est donc lors de la 6e manche de la saison 1973 de Formule 1 que Lord Hesketh et James Hunt débarquèrent dans les paddocks. Hunt courrait officiellement pour « Hesketh Racing » mais participait aux épreuves au volant d’une March 731. Les points qu’il rapportait étaient donc pour
March.

Hesketh en F1

James Hunt termine 9e de sa première participation en F1, mais rentre dans les points dès son 2nd grand prix, le grand prix de France, après une absence en Suède. Il terminera 4e à domicile et 3e au Pays-Bas

Alors que les nombreuses fêtes organisées par Hesketh, souvent arrosées de Champagne et accompagnée de Limousines valent à l’écurie une réputation peu sérieuse, le monde de la formule 1 doit bien admettre, au fur et à mesure des épreuves, que, résultats à l’appui, Hesketh Racing n’est pas venu en F1 pour occuper les places du fond.

La saison 73 a continuée par une petite série noire : voiture indisponible en Allemagne, problème d’alimentation en Autriche et une non-participation en Italie suite à un accident. Finalement, Hesketh revient au Canada ou Hunt, unique pilote de la marque, termine 7e, puis signe son 2e podium aux Etats-Unis, où il monte sur la 3e marche.

En 1974, après une « saison d’installation », non seulement Hesketh Racing est toujours là, mais en plus, Lord Hesketh a réussi à convaincre Harvey Postlethwaite, de chez March, à lui fabriquer une Hesketh 308 sui servira aux saisons 1974 et 1975.

James Hunt est toujours le seul pilote de Hesketh Racing, dont le nounours cosmonaute servant de logo est de plus en plus menaçant.

La Hesketh 308 n°24 est équipée de pneus Firestone lors des deux premières épreuves. Elle est propulsée par un moteur Ford Cosworth.

Le premier grand prix d’une Hesketh n’est pourtant pas bien mémorable. Qualifié 14, James Hunt abandonne l’épreuve sur un problème de joint. Au grand prix d’Espagne, Hunt, qualifié 10e, termine à la même position. Toujours aucun points pour Hesketh, dont la saison sera riche en abandons. Finalement, Hesketh choisi des pneus Goodyear.

En Belgique, Hunt améliore la meilleure qualification d’une Hesketh : 9e. Hélas, Hunt ne couvrira pas les 85 tours prévus, suite à un problème de suspension. Rebelote à Monaco : la Hesketh 308 arrache le 7e temps des qualifications, mais un problème de transmission mettra fin prématurément à la course de James Hunt.

Mais Lord Alexander et James Hunt prennent leur revanche lors du grand prix de Suède, où Hunt amène sa Hesketh sur le podium ! Premier podium de l’histoire pour Hesketh Racing ! Et ce n’est pas le dernier ! Car après une série noire de 4 grands prix (accidents aux Pays-Bas et en France, tête-à-queue en Grande Bretagne et défaillance de la boîte de vitesse en Allemagne), James Hunt, qualifié 7e en Autriche, termine à nouveau 3e. Lord Hesketh avait engagé Ian Scheckter en second pilote lors de ce grand prix, mais le frère aîné du champion du monde 1979 n’est pas parvenu à se qualifier.

En Italie, le moteur Ford Cosworth lâche avant la fin de la course, mais la fin de la saison 1974 sera assez bonne pour Hesketh : 4e au grand prix du Canada, James Hunt arrache un podium au grand prix des Etats-Unis. Et il avait tiré le meilleur de sa monoplace aux qualifications puisqu’il avait offert à la 308 (et à Hesketh Racing) sa meilleure performance : 2e sur la grille !

James Hunt, unique pilote Hesketh de la saison 1974 à avoir participé à au moins une épreuve se classe 8e du championnat des conducteurs avec 15 points, amenant Hesketh Racing en 6e position

La saison 1975 fut sans doute la meilleure de l’écurie Britannique, devant la 1974.
Hesketh Racing avait toujours pour seule monoplace la 308, et pour seul pilote James Hunt en ce début de saison 1975.

Une saison 1975 qui commence avec une 2e position de Hunt au grand prix d’Argentine, puis une 6e place au Brésil. Soient 7 points inscrit en deux grands prix. Hunt et Hesketh Racing étaient alors tous deux 3e des championnats pilotes et conducteurs.

Hélas, les 5 grands prix suivants furent désastreux !
En Afrique du Sud, James Hunt, qualifié 12e, est contraint à l’abandon à cause d’un problème d’alimentation. En Espagne, Heketh engage un certain Alan Jones pour seconder Hunt. Deux futurs champions du monde se retrouvaient coéquipier. Pourtant, cela ne fit pas d’étincelles ! Les deux pilotes, qualifiés 3e et 20e (rappelons que ce grand prix était le premier de la carrière de Jones), abandonnèrent tous les deux… Après 6 tours de course, il n’y avait plus d’Hesketh en piste.

A Monaco, Hunt et Jones sont toujours équipiers, mais, là encore, aucun ne verra le drapeau à damier. Jones perd une roue et Hunt s’accidente. Hesketh avait engagé une 3e monoplace, en donnant sa chance au Suédois Torsten Palm, qui n’a pas réussi à se qualifier.

Jones s’améliore tout de même, et il le montre en qualifications. En Belgique, il se qualifie 13e. Mais James Hunt et Alan Jones abandonneront respectivement sur problème de boîte de vitesse et accident.

En Suède, Lord Hesketh réengage 3 pilotes : James Hunt sur la n°24, James Hunt sur la n°26 et Torsten Palm, à domicile, sur la n°32. Cette fois, Palm parviendra à se qualifier (21e) et terminera le mieux classé des 3 : 10e, en abandonnant sur Panne d’Essence. Alan Jones terminera 11e et Hunt abandonnera sur un problème de freins.

Ce grand prix de Suède fut le dernier d’Alan Jones avec une Hesketh, puisqu’il sera, dès le prochain grand prix, chez Embassy Hill. Hesketh Racing n’a pas vraiment porté chance au champion du monde 1980, même si l’écurie Britannique a lancée la carrière de Jones.

Quant à Torsten Palm, on ne le reverra plus jamais au volant d’une F1.

James Hunt se retrouve à nouveau unique pilote de Lord Alexander Hesketh, et remporte sa première victoire, la seule de Hesketh Racing, lors du grand prix suivant, en Grande-Bretagne, après s’être qualifié 3e !

Alan Jones doit regretter d’être parti car, en France, deux semaines plus tard, Hunt, à nouveau qualifié 3e, termine 2nd du grand prix !

En Grande-Bretagne, James Hunt termine 4e d’un grand prix assez spécial, où l’on peut compter 16 abandons dans le tableau final, dont Hunt.

En Allemagne, Hesketh donne sa chance à Harald Ertl, pilote remarquable par sa pilosité faciale (Nick Heidfled peut aller se rhabiller!) et jamais classé en championnat du monde. Ertl termine 8e alors que Hunt abandonne sur un problème de distributeur.

En Autriche, Harald Ertl, à domicile, Brett Lunger, excellent pilote de F5000 et James Hunt. Ce dernier terminera 2e, pendant que Lunger finira 13e de son premier GP de F1 et qu’Ertl abandonnera sur un problème d’électricité.

En Italie, Hesketh n’a plus que Lunger et Ertl comme pilotes de la 308, puisque Hunt fini la saison avec une nouvelle monoplace : la 308C, toujours de Harvey Postlethwaite. Harald Ertl termine 9e et Brett Lunger 10e.

Aux Etats-Unis, Hesketh envoie Lunger courir à domicile. Hélas, Lunger, qualifié 18e, abandonnera suite à un accident. Hunt terminera le Grand prix en 4e position.

James Hunt quittera Hesketh Racing à la fin de cette saison 1975, pour saisir l’opportunité offerte par McLaren. Il sera titré en 1976. Hunt doit tout à Lord Alexander Hesketh qui a lancé sa carrière, et à su l’en remercier en participant au développement de la monoplace et en rapportant des résultats.

Hesketh Racing termine 4e du championnat du monde des constructeurs grâce aux 33 points de James Hunt, 4e des conducteurs. Alan Jones aura réussi à remporter 2 points pour Hill.

Le début de la fin

Le meilleur de Hesketh Racing est maintenant derrière. La suite, sans Hunt, sera tout sauf brillante. La 4e place de Hunt a rapporté à l’écurie ses derniers points !

Suite à des problèmes financiers, Hesketh Racing Hesketh décida de vendre la 308C à Franck Williams, qui était alors en partenariat avec Wolf. Alexander Wolf laissa tomber, et c’est Anthony Horsley qui réussi à maintenir Hesketh Racing pendant encore 2 saisons.

Nous sommes maintenant en 1976. La pilote principal de Hesketh Racing est Harald Ertl qui commence la saison par une 15e position en Afrique du Sud. La Hesketh de la saison est la 308D, qui est encore l’œuvre de Harvey Postlethwaite. Guy Edwards, qui a souvent piloté une Hesketh 308D cette saison, courrait pour Penthouse Rizla Racing.

Ertl ne parviendra pas à se qualifier lors des grands prix des Etats-Unis Ouest et D’Espagne. En Belgique, il est épaulé par Guy Edwards, pilote d’Embassy Racing en 1974 qui s’est retrouvé sans volant en 1975. Edwards ne se qualifie pas, Ertl part 24e et abandonne sur un problème de moteur.

A Monaco, Ertl est le seul représentant de Hesketh sur la piste, mais ne sera pas au départ : non-qualification. En Suède, Ertl abandonne sur tête-à-queue après une modeste qualification (23e). Edwards vient lui prêter main forte en France et les deux pilotes parviennent à se qualifier : il y a donc 2 Hesketh sur la grille ! Edwards termine seulement 17e et Harald Ertl abandonne sur un problème de transmission.

En Grande-Bretagne, Ertl signe le meilleur résultat de sa carrière : en terminant 7e, le pilote barbu n’a jamais été aussi près de rentrer dans les points ! Guy Edwards, à nouveau qualifié, abandonnera suite à un accident.

En Allemagne, les résultats ne sont pas non plus au rendez-vous : Ertl abandonne sur un accident. Quand à Edwards, il ne terminera que 15e. Cependant, il se sera conduit en héros en faisant parti des 4 pilotes ayant porté secours à Niki Lauda dont la Ferrari était en flammes.

En Autriche, seul Ertl sera au départ : Guy Edwards, blessé, est forfait.
Aux Pays-Bas, il est remplacé par Rolf Stommelen, pilote de F1 depuis 1970. Stommelen termine 12e et Ertl abandonne sur un problème de la boîte de vitesses.

En Italie, Ertl et Edwards se qualifient 19e et 23e, mais Edwards se retirera volontairement de l’épreuve. Ertl, classé 16e, est victime d’un problème de transmission.

Harald Ertl ne participe pas au grand prix du Canada à cause d’un accident. Edwards termine 20e, c’est la dernière fois qu’il voit le drapeau à damier. : Il ira ensuite chez Stanley BRM, pour un engagement, mais ne participera pas au grand prix.

Au grand prix des Etats-Unis, Edwards est remplacé par Ribeiro chez Penthouse Rizla Racing. Ribeiro qui court donc avec la Hesketh 308D. Ribeiro et Ertl terminent respectivement 12e et 13e : cela faisait longtemps que 2 Hesketh avaient franchies la ligne d’arrivée !

Au grand prix du Japon, Harald Ertl termine 8e.

Une saison morte donc pour Hesketh Racing. 0 points. Non Classé.

La fin de Hesketh Racing fut pire que la saison 1976. La dernière Hesketh fut la 308E, par Franck Dernie cette fois-ci. Sur 38 308E engagées, seules 9 ont vu l’arrivée d’un grand prix !
L’écurie Penthouse court avec cette Hesketh 308E.

Aux Etats-Unis Ouest, la seule Hesketh engagée est celle de Keegan, pilote Penthouse. Il est forfait et ne participera pas au grand prix. En Espagne, Hesketh Racing engage Ertl, qui abandonne, tout comme Keegan. Monaco, seul Keegan se qualifie et termine l’épreuve en 12e position.

Au grand prix de Belgique, Hesketh Racing engageait 2 pilotes : Ertl et Hector Rebaque. Ce dernier avait loué une Hesketh 308E pour participer au championnat. Seule la Hesketh de Keegan n’arriva pas (accident), puisque Ertl termina 9e, et Rebaque ne parvint même pas à se qualifier.

Keegan termina 13e au grand prix de Suède, Ertl coupa la ligne du dernier tour en 16e position, et Rebaque, pour la 2e fois consécutive, ne parvint pas à se qualifier. Rebelote lors du grand prix de France pour le jeune pilote, mais cette fois-ci imité par Ertl : seul la Hesketh de Keegan était au départ.

Au grand prix de Grande-Bretagne, Keegan se qualifia 13e et abandonna, alors que Ertl, engagé cette fois par Penthouse, n’a pas participé à l’épreuve, tout comme Rebaque.

Harald Ertl reviendra en F1 la saison suivante, au volant d’une Ensign.

En Allemagne, seuls 2 pilotes courent avec une Hesketh. Keegan, qualifié 23e, abandonne sur accident, et Rebaque, qualifié 24e, abandonne sur un problème de batterie pour sa première participation.

Hesketh Racing engage ensuite Ian Ashley qui est en fin de carrière. Surnommé Crashley pour ses nombreuses sorties de pistes, Ashley ne parviendra à se qualifier qu’au grand prix des Etats-Unis Est, pour finir 17e.

An Autriche, seul Keegan, qui finit 7e, parvient à se qualifier : Rebaque et Ashley tournent trop lentement. Même scénario aux Pays-Bas, sauf pour Keegan qui abandonne suite à un accident.

Au grand prix d’Italie, Keegan parvient à se classer 9e, « Crashley » n’arrive toujours pas à signer un temps lui permettant de prendre part à un grand prix, et Rebaque déclare forfait.

Seule qualification d’Ashley aux Etats-Unis Est, où Keegan termine 8e. Plus aucune Hesketh ne verra la ligne d’arrivée à partir de ce moment.

Au Canada, Keegan abandonne sur un accident et Ashley, blessé, ne participe pas.

En 1978, Rebaque créé sa propre écurie et Hesketh Racing continue avec la 308E. Une seule 308E engagée par grand prix…

En Argentine et au Brésil, Hesketh Racing donne sa chance à Divina Galica, une des rares femmes en F1, qui, sur 3 engagements au total, dont deux avec Hesketh, ne parviendra jamais à se qualifier.

En Afrique du Sud, Eddie Cheever signe la dernière qualification d’une Hesketh : Se qualifiant 25e sur 26, il abandonne sur un problème de moteur.

Aux Etats-Unis Ouest, à Monaco et en Belgique, Hesketh donne sa chance à Derek Daly qui ne se qualifiera à aucun de ces trois engagements. Le calvaire set terminé pour Hesketh Racing qui raccroche de la F1 après ce grand prix de Belgique 1978.

Hesketh Racing a participé à 52 Grand Prix en dehors desquels 29 Hesketh engagées n’ont pas réussi à se qualifier. 5 saisons en Formule 1 avec 1 victoire, 1 meilleur tour, deux qualifications en 2e position et 7 podiums : tout ça signé James Hunt. 48 points en 52 grands prix, ce n’est pas si mauvais.
L’écurie Anglaise a persévéré après le départ de James Hunt, mais, même si personne ne pouvait le savoir, a eu tort.

Lord Alexander Hesketh a permis de lancer la carrière en F1 de deux grands pilotes que sont devenus James Hunt et Alan Jones. Il a permis à Edwards de sauver Lauda lors du grand prix d’Allemagne 1976. Il a permis à Divina Galica de retenter sa chance en F1 après son échec avec Surtees en 1976. Il a permis à certains pilotes de terminer leur carrière, et a permis au monde de la formule 1 à rigoler. Hesketh et Hunt, c’était un duo qui était là pour plaisanter et être efficace, tout en sachant ne pas trop se prendre au sérieux.

Même s’il a été oublié par les fans de F1 actuels, le petit « ourson-cosmonaute » a su briller dans les paddocks, même s’il a terminé sa vie en fond de grille.

Répondre