1979 - Arrows A2

Historique et technique des monoplaces F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2502
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1979 - Arrows A2

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 12:40

Topic originellement crée par Flash McQueen le 03/01/2009

Image

L'Arrows A2 de 1979 possédait un look incroyablement accrocheur, mais ses performances ne suivaient pas vraiment.

Image

L'A2 fut pensée pour fonctionner sans aileron. A l'avant, les sections aéro recouvraient les suspensions. L'idée était de faire passer l'air sur les larges pontons en retrait.

L'effet de sol dépendait de la façon dont l'air passait sous la voiture. Les seuls éléments autorisés à freiner cette arrivée d'air sous l'A2 étaient les triangles inférieurs, à l'avant et à l'arrière.

Image

C'était une monoplace très lourde (591 kg): pour supporter les forces qui s'exerçaient sur elle, la monocoque devait être plus large qu'à l'accoutumée (Longueur empattement 2718 mm), et aussi plus rigide, d'où les problèmes chroniques de poids.

Le V8 Cosworth DFV et sa boîte de vitesses étaient relevés pour former une partie du dessous de caisse aérodynamique, favorisant ainsi une diffusion d'air quasi ininterrompue sous toute la longueur de la voiture.

Jochen Mass:

"Le concept de l'Arrows A2 était intelligent, voire courageux. Je me souviens qu'elle était très basse. La position du pilote était bien plus inclinée que d'ordinaire. Vous étiez presque couché. Mais ce n'était pas un problème, on s'y adaptait très vite. En revanche, je ne me suis jamais fait à son épouvantable tenue de route. La voiture avait beaucoup d'appui mais elle n'était pas assez rigide, ce qui l'amenait à "claudiquer" dans les lignes droites et à manquer complètement d'équilibre dans les virages.

Le niveaux de tension nécessaires auraient dû être 10 fois plus rigides que ceux que nous avons adopté. J'en avais discuté avec les gens de Lotus qui avaient aussi opté pour une voiture sans aileron (la 80). Leurs ressorts étaient 7 à 8 fois plus tendus que les notres.

Je suis quand même parvenu à décrocher deux sixièmes places avec l'A2. Une à Zandvoort (GP des Pays-Bas) et une autre à Hockenheim où les longues lignes droites compensaient bien notre piètre tenue de route.

La voiture était si mauvaise que Ricardo Patrese choisit de reprendre l'A1 au Canada. Je fis un autre choix et ne parvins même pas à me qualifier.

Arrows ne consacra pas assez de temps au développement de l'A2. La F1 est comme ça. Si ça ne marche pas tout de suite, on passe à autre chose!

L'équipe commença à travailler sur l'A3 juste après les débuts de l'A2 à Dijon. Un modèle bien plus conventionnel et bien plus facile à piloter.
"

Source: F1 Racing n°35 (Janvier 2002)

Répondre