1995 - Benetton B195

Historique et technique des monoplaces F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2499
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1995 - Benetton B195

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 12:42

Topic originellement crée par Tikimi le 03/01/2009

Je commence à poster quelques "F1 de la semaine"!

Image

Nous sommes en 1995, pour la 2e saison de Benetton en bleu. Avant, la marque britannique alignait des monoplaces à dominance de vert et de jaune. La Benetton 195 est pilotée par Michael Schumacher, champion du monde en titre, après une fin de saison 1994 très disputée. Il est épaulé par Johnny Herbert, qui arbore le n°2. Schumacher et sa Benetton sont de sérieux candidats au titre et le principal conccurent des Benetton seront d’autres voitures Britanniques : les Williams, pilotées par Damon Hill et David Coulthard.

Image
:arrow: Hill poursuit Schumacher (Interlagos)

Damon Hill est au rendez-vous d’ouverture, et en forme : il signe le meilleur chrono de la séance de qualification d’Interlagos. Il se fait doubler par Schumacher dès le premier tour, puis parvient à reprendre la tête du grand prix avant d’abandonner : Michael Schumacher a la voie libre et s’impose devant Coulthard. Benetton et Williams confirment d’emblée leur role de leader pour la saison. Johnny Herbert, qualifié 4e, abandonnera dans le même tour que Damon Hill (le 30e) pour un accident. Schumacher s’empare donc de la tête du championnat, mais Benetton et Williams ne marquent pas de points au classement des constructeurs pour une essence non conforme.

En Argentine, Schumacher et Herbert se qualifient respectivement 3e et 11e… Mais Johnny Herbert coupera la ligne en 8e position au premier tour, et terminera 4e après une très belle remontée au classement. Schumacher terminera le grand prix sur la dernière marche du podium, derrière un Hill, vainqueur et un Jean Alesi très en forme qui, avec Berger, annonce que Ferrari est une des trois meilleures équipes du plateau 1995.

Week end noir à St Marin pour Benetton. 1 an après le décès d’Ayrton Senna lors du même grand prix où Schumacher s’imposa, Michael signe la pole position, tandis qu’Herbert s’élancera de la modeste 8e place. Mais Schumacher abandonne sur un accident au 10e tour, et Johnny Herbert ne termine que 7e (rappelons que seuls les 6 premiers entraient dans les points). En bref, aucun pilote Benetton n’entre dans les points et Hill rempote le grand prix devant les deux Ferrari d’Alesi et Berger, décidément en forme.

Les deux pilotes prendront leur revanche en Espagne. Schumacher, après de très belle qualification (il devance Alesi de 5 dixième et signe ainsi sa 8e pole) remporte le grand prix avec 51 secondes d’avance sur… Johnny Herbert, qui offre un doublé à Benetton. Le podium est complété par Gerhard Berger. Schumacher (24 pts) et Hill (23 pts) ne sont plus séparés que par un point au classement général.

Schumacher s’impose en principauté devant Damon Hill et Gerhard Berger après avoir signé le 2e temps des qualifications. Comme en Espagne, Johnny Herbert s’élance de la 7e place mais termine cette fois-ci 4e. 36 points pour Benetton, 32 pour Williams qui sont dans une lutte très serrée. On peut noter que Ferrari comptait alors 31 points après le grand prix de Monaco !

Image
:arrow: Schumacher (victoire à Magny-Cours)

Pole position de Michael Schumacher au Canada. Qui ne terminera que 5e. Les deux Williams et Johnny Herbert, qualifié 6e. Benetton marquera donc 2 pts supplémentaires au classement général et Ferrari, avec une victoire d’Alesi complétée par une très bonne arrivée des deux Jordan (2 et 3e) fera passer Ferrari devant Williams au général !

Schumacher s’élance 2e au grand prix de France, derrière Damon Hill. Il terminera le grand prix devant, en vainqueur. L’autre B195, celle de Herbert, qualifié seulement 10e. Il avait réalisé un très bon départ mais sa course s’est prématurément terminée sur un accident (2e tour, alors 6e)

En Grande-Bretagne, c’est au tour d’Herbert d’assurer. Pourtant, Schumacher s’était qualifié 2e et Johnny 5e, donc le favori chez Benetton était le champion du monde. Mais Schumi et Damon Hill, les deux leaders abandonnent en s’accrochant, laissant la voie libre à Herbert, alors 3e, qui s’impose devant Alesi. Au championnat du monde, la menace de Benetton est plutôt devenue Ferrari qui n’a que 9 points de retard sur le team leader britannique. Au classement des pilotes, Schumacher totalise 11 points de plus que Damon Hill (46 à 35).

En Allemagne, Herbert, qui n’est décidément pas fait pour les qualifications, s’élance 9e tandis que Schumacher part 2e. Puis Schumi remportera le GP à domicile, tandis qu’Herbert remontera jusqu’à la 4e place.

Au grand prix de Hongrie, rebelote en qualifications : Schumacher, qui part 3e, domine largement son coéquipier, 9e sur la grille. Mais les pilotes de la B195 ne vont pas du tout conserver leurs positions : Schumacher abandonne au 73e tour sur un problème de pompe à essence mais sera tout de même classé 11e, devant Andrea Montermini qui termine le grand prix mais ne couvre pas plus de 73 tours. Herbert est le seul pilote Benetton a marquer des points en terminant 4e. Au championnat du monde des constructeurs, Benetton ne compte que 6 points d’avance sur Williams, second. Schumacher, au championnat pilote, a une avance de 11 points sur Hill pendant que Herbert, 28 points, est 5e entre Coulthard (4e, 29 pts) et Berger (6e, 25 pts)

Schumacher rate complètement ses qualifications en Belgique. Il s’élance 16e, et remonte le clsasement au fil des tours. 13e au 1er passage, 10e au second, il pointe 4e au 11e tour et 1er au 16e, en devenant le 6e leader consécutif du GP. Après un joli combat avec Damon Hill, il s’impose et Brundle monte sur la 3e marche du podium.

Image
:arrow: Herbert devant Berger à Spa

En Italie, Schumacher signe la 2e place et Herbert le 8e temps. Mais Schumacher et Hill, en bataille pour la 2e place (Berger mène le GP) s’accrochent au 23e tour. Vous vous souvenez sûrement de cette image où Michael Schumacher, tenu par 2 commissaires de piste, s’énerve contre Damon Hill, encore assis dans sa monoplace. En tout cas, c’est Herbert qui l’emporte ce jour là, en empochant la 2e victoire de sa carrière.

Le grand prix du Portugal, comme celui d’Italie, a eu droit à deux départs (le premier a été annulé suite à l’accident de Katayama). Schumacher se qualifie 3e et Johnny Herbert 6e. Les piltoes de la B195 terminent respectivement 2e et 7e. Sur le podium, Schumacher est côte à côte avec les deux pilotes Williams. Schumacher compte 17 points d’avance sur Hill au général et Benetton totalise 12 points de plus que Williams. Il ne reste plus que 4 grands prix.

En Europe, victoire de Schumacher, parti 3e, devant Alesi et Coulthard. Herbert, 7e sur la grille, termine 5e et marque ainsi 2 points pour Benetton, tout prêt du titre mondial des constructeurs.

Au grand prix du Pacifique, c’est la consécration de Michael Schumacher qui coiffe la couronne mondiale de 1995. Deuxième titre consécutif pour le pilote Allemand. Parti 3e, il sort vainqueur devant les deux pilotes Williams. Herbert rentre tout juste dans les points.

Au grand prix du Japon, le nouveau champion du monde signe un hat trick avec sa B195. L’objectif pour les pilotes Benetton était maintenant le titre mondial, et la victoire de Schumacher alliée au podium (3e) d’Herbert marquent la victoire de Benetton au championnat du monde des constructeurs. Herbert est parti 9e pour arriver 3e !

D’ailleurs, heureusement que les pilotes Benetton ont fourni l’effort necessaire au Japon, car le dernier grand prix, celui d’Australie, a été une catastrophe. Qualifiés 3e et 8e, Schumacher et Herbert ont tout deux abandonnés. 69e tour pour Herbert sur un problème de transmission, 25e pour Schumacher sur un accident.

La B195 était donc une très bonne voiture. Fiable, rapide et puissante, pilotée par deux bons pilotes. Même si Herbert ne s’en sortait pas très bien en qualifications, il faisait de superbes remontées en course. Schumacher remporte son second titre grâce à cette voiture, avant de quitter Benetton pour Ferrari. Monoplace qui permis à Benetton de remporter le championnat. Johnny Herbert termine 4e du championnat derrière les deux Williams.

Informations
Moteur Renault
Pneus Goodyear
Poids : 595 kg
Boîte de vitesse: Benetton T semi-auto 6 rapports
Carburant : Elf
Capacité du réservoir : 150 litres
Freins : Disque carbone – AP Racing

Répondre