1996 - Jordan 196

Historique et technique des monoplaces F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2499
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1996 - Jordan 196

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 12:54

Originellement posté par Moka le 06/07/2010

Jordan 196 : la voiture brillante
(...enfin... pas vraiment pour les résultats)
Image

Bon bon bon bonbon. Au début je voulais faire un dossier sur la période de vache maigre de Ferrari, mais finalement je me suis dis que j'aurais pas la motivation de faire un tel truc pour l'instant. Et pis y avait cette envie de faire un focus sur cette monoplace qui me tiens tant a cœur : la Jordan 196

Une création de, comme son nom l'indique, de Jordan Grand Prix, la légendaire structure du roublard Eddie Jordan. Et on peut dire que ce fils de dentiste et ancien assureur reconverti comme pilote a fait du chemin : lancé dans le grand bain de la F1 en 1991, il y fera une bonne saison grâce a de bonnes idées (la J191, et aussi... le coup de 7up par exemple, ou son bluff avec Porsche), avant de se fourvoyer avec un Yamaha (ou Judd selon le pays) lourd et mis au point par des bras cassé, ou une J193 conçu... par des bras cassé. Eh ouais, le staff ca s'échange. 1994 montrera une petite embellie, avec un podium de Barrichello au Pacifique et d'autres performances incroyables pour l'équipe irlandaise. Ce sera un tournant intéressant, puisque McLaren se sépare de Peugeot et cherche un partenaire de premier plan.

Une aubaine pour Eddie Jordan, qui en récupère du coup un moteur prometteur pour 3 ans, et aussi quasiment gratuit puisque McLaren avait payé les 3 ans de contrat a l'avance ! Pourtant la J195 ne sera pas aussi efficace que prévu, et seul la manche Canadienne sauvera un peu la saison.

La saison 1996 sera abordé sous un autre état d'esprit : déjà car on assistera a de nombreux changements : le spectre de Senna enfin chassé des consciences, Max Mosley qui prend encore un petit peu plus de pouvoir, et une flopée de nouvelles contraintes dont... les fameux appuis-têtes latéraux. Pour la note perso', je les trouvais bien moche au début, mais si j'aurais su ce qu'on aurait en 2010... ah oui, car effectivement 1996 sera la première année que un petit garçon aux cheveux bouclé brun suivra en entier a 6 ans (:p)

Bien évidement, Jordan se met au boulot et commence a développée la Jordan 196... autant les montures des deux précédentes années avaient un nez au sol, autant cette nouvelle voiture cèdera a la mode du nez haut, laissant ainsi Ferrari seul dans ce secteur jugé comme désuet. Gary Anderson, ingénieur historique de l'équipe, avec son complice Tim Holloway, passeront beaucoup de temps sur la question de la difficile ventilation du moteur Peugeot. Car avant de devenir une référence en amplitude thermique, le bloc français craignait particulièrement les surchauffes. Face a ce problème, Andy et son pote feront des pontons en deux parties : une première inspiré de celle de 1995, et une seconde, plus reculé, qui assure l'apport en air du radiateur d'huile. La boîte a sept rapports, assez peu fiable l'an dernier, sera également revu.

Comme tous les ans, Jordan est prêt très rapidement, et la monoplace est présenté dès janvier

Image
La Jordan 196 'early' version. Ca a carrément une autre gueule

La voiture roulera en essai... avec les pilotes titulaires. Bah oui, j'ai oublié d'en parler tiens. Donc on retrouves Rubens Barrichello, qui était encore un peu jeune a l'époque (si si, je vous jures), et qui passe sa quatrième saison chez les verts. A ses côtés, faut d'avoir su retenir Irvine (parti chez Ferrari), ni convaincre Blundell, on retrouve Martin Brundle. L'expérimenté anglais apporte ainsi ses connaissances et son style de conduit rude mais rapide a Eddie Jordan. L'effectif sera plus tard complété par le valet de Peugeot, Erik Comas (le malheureux traumatisé de Imola 94), et Gianni Morbidelli, ancien sociétaire de Footwork. Mais autant dire, ces deux-là ne serviront pas a grand chose, a part pour la déco. Plus tard, ils seront suppléé par le fils du directeur de Diavia (sponsor de Jordan), mais c'était plus pour les $$$.

A un mois du coup d'envoi, la liste des sponsors est alarmante par sa petitesse... d'apport. Car comme a son habitude, Eddie Jordan a surtout cherché a s'attirer pleins de petits partenaires, dont Diavia, BETA, Uliveto (cadeau de Gianni), Osama, APE et quantité d'autres commanditaires. La voiture reste désespérément verte, et on crait une santé de merde pour Jordan Grand Prix... qui va pouvoir les sauver ?!!

Et c'est là que Besson et son Hedge arrrrive...

Je pense que ici tous le monde a une bonne culture des marques, donc pas besoin de prése... euh si tout compte fait. Car y a encore certains type qui sont capable de confondre clope et essence... bref.

Benson & Hedges, ou "B&H" est une marque de cigarette, appartenant au groupe Japonais Imperial Tabacco. Néanmoins la marque de tabac est anglaise, et a été un pionner en matière de pub TV. Quand ce fut banni dans les années 70/80, il ne restera plus que la pub papier pour se démarquer. Une aubaine, quand on sait que leur cabinet de pub est très talentueux, et sortira parmi les plus belles pub du siècle (note perso' : désolé de m'emporter... mais c'est juste que je suis tellement fan de leur pub papier ! je n'arrive pas a les retrouver sur Google, dommage...)

Mais la pub doit bien cesser a un moment, et il ne reste plus que le sport pour s'affirmer sur la scène mondial, avec le off-shore et les championnats de Tourismes Australien.

Ainsi la F1 semble être un bon moyen pour s'attirer une excellent une image, et un deal est signé une semaine avant le lancement de la saison !

Bon après tout, ça m'étonne guère d'Eddie, il est comme moi, un signe tard ! toujours étant qu'il faut bien les peindre la caisse maintenant... le deal comporte la lame inférieur de l'aileron avant (une partie peu visible), les pontons, le haut du capot moteur, le cockpit, le casque et tous le reste... a vrai dire, il y a que le capot moteur et l'aileron arrière qui restent un fief imprenable de Peugeot/Total.

L'équipe s'appelle à l'occasion Benson & Hedges Total Jordan Grand Prix Peugeot

B&H rejoins ainsi Marlboro (McLaren et Ferrari), Mild Seven (Benetton et Tyrrell), Rothmans (Williams), et Gauloise (Ligier). Mais comment diable peindre cela ?!

La Jordan 196: une carrosserie en Or
a défaut de rouler sur l'or...

Image

Et voilà la brillante idée du département marketing de B&H ! une carrosserie toute dorée, à l'image de leur paquet de cloque.
Pour les kid's qui suivent la F1 depuis 2008 : non, ce n'est pas McLaren qui a inventé cela... et ni Jordan d'ailleurs. Car Arrows avait déjà tenté cela par le passé timidement en 1979.

Image
une voiture doré aux reflets envoûtants...

Mais pour obtenir un rendu "or", il faut autre chose que les habituels peintures utilisé en F1... ainsi les peintres de chez Jordan on dû utiliser une peinture doublé de paillettes et autres conneries faisant alourdir la voiture, et pas qu'un peu : de 7kg. Aïe.

Mais qu'a cela ne tienne, nos kéké sont prêt, et visent le Top 4 cette saison, ce qui implique de devoir chasser soit Ferrari, soit McLaren... soit Williams et Benetton, les deux invincibles de l'époque.

Et c'est parti !
(loin)

A peine arrivé en Australie que les emmerdes commencent déjà... Martin Brundle a un mal fou a régler sa voiture, et termine 19ème des essais. Dans son autobiographie, il expliquera d'ailleurs qu'il était tellement largué qu'il a même prit les réglages de Rubens pour avoir un repère... Rubens qui d'ailleurs se classe 8ème, confortant ainsi la belle pointe de vitesse de Jordan.

Mais le spectacle sera autre, avec... un spectaculaire tonneau de Martin !!! l'anglais, qui partait avec le réservoir a ras-bord, n'a pas su anticiper l'accrochage entre Coulthard et Alesi, décollant sur la roue du Français, avant de s'offrir une belle frayeur...
SPOILER
SPOILER_SHOW
Image
Image
Aïe, bobo Eddie.

Image
La vidéo du crash :

[video][/video]

Et une semaine après, un talk-show où il nous raconte ce crash... avec humour :lol:

[video][/video]

Quel accident !!! en tous cas il prendra le second départ, mais devra renoncer après avoir percuté Pedro Diniz et avoir calé. "bon ok les gars, je crois que j'ai eu mon lot de frayeur" disait-il a la radio.

(allez, si vous êtes sage, je vous divulgue cet épisode tiré de son autobiographie :wink: )[/spoiler]

Barrichello pètera son moteur. Et au brésil, les deux compères seront excellemment qualifié (P2 et P6) mais partiront en spin. la tradition Jordan des début de saison merdique est respecté.

L'Argentine sera le théâtre du lancement de leur saison, avec un étonnant Brundle qui sera troisième de la course un brève moment, mais hélas crashera sa machine. A croire que c'était trop lui demander de bien finir. Heureusement Rubens récupère les trois points de la quatrième place.

L'Espagne sera l'occasion d'un premier tir groupé, avec la Barique devant la Brindille (poah !!! où tu vas les chercher Wahid ?), mais au vue de la vitesse que fait preuve la monoplace, un beau sentiment de gâchis en ressort. Toutefois on peut être heureux que Brundle, a défaut de bien se qualifier, sait remonter, et que Rubens... sait foirer ses départs. Enfin non, mais il gagne peu de places, a sa décharge il est vrai que la carré des 5 est dur a chercher.

Image
Rubens résiste plutôt bien a Schumi lors du Gp de Brésil.

A San Marino, Rubens marque deux points, et Martin part en tête a queue. L'anglais n'est pas vraiment satisfait de la voiture, qui est trop sensible aux réglages. Eddie s'en mêle et indique que un certain Erik Comas ou Gianni Morbidelli serait content de prendre la place (ah nan, il a pas essayé avec le fils du boss de Diavia, trop nul, haha). Arrive donc Monaco, où la Jordan étrenne un nouveau package aéro, caractérisé par l'aileron au dessus de la prise d'air. Brundle n'arrive pas a refaire son exploit de il y a deux ans, et Barrichello se plante en compagnie de son amis, qui sont tous les deux au balcon pour assister a la victoire de Panis et sa modeste Ligier.

Image
Pas de chance pour les irlandais a Monaco

Nos fumeurs de clopes d'or explosent ensuite leur différentiel ensemble en Espagne, avant que Brundle s'amuse seul sur son embrayage au Canada, laissant ainsi son pote filer a la sixième place. Le bilan n'est pas trop mauvais, mais le poduim ne vient toujours pas... et la fiaibilité des pilotes laissent a désirer.

La douche sera froide en France, car pendant que Renault fait le quadruplé, Peugeot n'est nul part, avec les deux voitures hors des points. A Silverstone, a domicile, Barrichello et Brundle sont tous les deux dans les points, respectivement 4ème et 6ème, rendant ainsi le sourire a Eddie Jordan. Le brésilien signera encore deux arrivées consécutive dans les points, pour commencer au plus fort la saison d'été. La Belgique sera moins glorieuse avec un double abandon.

En Italie, les dorés seront a la fête, avec leur meilleur résultat d'ensemble, a savoir une quatrième et cinquième place, au termes d'un course qui verra de nombreux concurrents se faire piéger par une... pile de pneu mal disposé a la première chicane.

Image
Martin Brundle fonce vers la cinquième place à Monza

Les deux dernières manches, au Portugal et au Japon, se passeront dans une relative discrétion, si ce n'est une spectaculaire crevaison de Brundle, qui terminera néanmoins sa carrière sur une cinquième place.

Épilogue

Image
une bonne saison ?

Au final, Jordan termine cinquième de la saison avec 22 points, et les deux voitures, frappé des #11 et 12 sont 8ème (Barrichello - 14pts) et 11ème (Brundle - 8pts). Un score final honorable, mais qui est assez décevant quand on sait que les hommes de Eddie visaient a faire bien mieux que en 1994/1995. Peugeot est également déçu, et un poil jaloux que Renault s'offre le titre et une domination sans partage du plateau.

Enfin la dernière déception viendra de cette fameuse peinture doré... elle sera montré du doigt pour son surpoids, mais aussi par Bernie a cause qu'elle rend pas très bien sur les photos et a la TV... alors que vue de près, elle était magnifique !!! il faudra attendre 2006 et McLaren pour que l'expérience soit réitéré, avec le succès que l'on sait. Mais on retrouvera un peu plus tard cette fameuse peinture doré en Supertourisme, avec une Honda Accord... mais Lowww saura mieux en parler que moi je pense.

Elle aura le droit a un ultime tour d'honneur jusqu'a début 1997, avec des essais en vue de recruter Nigel Mansell. Hélas, le Lion sera ridiculisé par (nan, j'ai honte de le dire... :'( ) ... Ralf Schumacher, qui venait de se faire recruter. Rien n'y fait, même avec une bolinette d'essence et des pneus neuf, Mansell était trop vieux... il dû quitter le circuit de Jerez, le 14 décembre 1996. (avant de se faire appeler en 1999... par Williams).

Image

Jordan a pour sa part fait tabula rasa en envoyant Brundle a la retraite et Barrichello chez Stewart-Ford. Et au revoir la peinture chromé, place au jaune et a la langue de serpent.

Image

Crédit Photo :
OlivierF1

Article écrit par Wahid "Wahid" Saïdi (c) Wahid-Salem Saïdi
Bonus Track : ma création "style Jordan 196" au FGPC

J'ai mis 4 heures très exactement pour écrire cette article, vous avez intérêt à lire...

Allez, zou les enfants, bonne nuit :mrgreen:

décidasse à Markos Takos, fumeur de B&H :p

Répondre