1948-52 - Ferrari 125 F1

Historique et technique des monoplaces F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2499
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1948-52 - Ferrari 125 F1

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 12:56

Originellement posté par -Ferrarix- le 15/08/2011

Ferrari 125 F1

Le début d'une légende

Ferrari et le championnat du monde de Formule 1 sont aujourd'hui presqu'indissociables. Pour une bonne partie du grand public, F1 et Ferrari sont des synonymes. Et pour cause, la célèbre firme italienne a participé à toutes les éditions du célèbre championnat, récoltant une moisson de victoires et d'autres honneurs.

Pourtant, il fut un temps où l'écurie italienne était jeune et n'avait pas encore la renommée qu'elle obtiendrait avec le temps. C'était l'époque des débuts en compétition. Ainsi, pour commencer la grande aventure de Formule 1, Ferrari conçut et fabriqua la 125 F1, sa première monoplace destinée à ce genre de compétitions.

Cette voiture était dérivée d'un autre modèle de Ferrari, la 125 S, une voiture de course sortie en 1947. Celle-ci avait un moteur 12 cylindres en V, le premier fait par la firme italienne. D'ailleurs, il paraitrait que l'esquisse de ce bloc fut dessiné par Gioachino Colombo... sur du papier d'emballage!

Quoiqu'il en soit, ce V12 fut repris, mais cette fois équipé d'un compresseur volumétrique, pour équiper la première version de la 125 F1, qui ne participerait pas au championnat du monde de Formule 1. En effet, en 1950, la F1 existait bien, ainsi que les Grands Prix, mais pas le championnat du monde. Ainsi, la 125 F1, première version, participa à des GP, sans toutefois prendre part au championnat du monde.

Techniquement, cette première version était assez simple. Son moteur était un V12 à 60° de 1,5 L compressé. Il développait 230 chevaux à 7 000 tr/min, ce qui était peu en comparaison des plus de 400 chevaux de l'Alfa Romeo 158, la voiture de course par excellence de l'époque. Une des raisons de ce manque de puissance était que le moteur avait été conçu pour développer le plus de puissance à 10 000 tr/min, alors que, dans les faits, il n'arrivait pas à dépasser les 8 000 tr/min.

La transmission, de son côté, comportait 5 vitesses et actionnait les roues arrières.

Le châssis était très simple. Il était tubulaire et constitué selon une architecture à longerons et traverses, aussi appelée "en échelle". Évidemment, on n'était alors loin de l'emploi de la fibre de carbone et ce châssis était plutôt fait d'acier.

Pour ralentir ce bolide, Ferrari avait fait appel à des freins à tambour aux quatre roues.

Petite précision, l’appellation 125 F1 faisait référence à la cylindrée de chaque piston du moteur, soit 125 cm³.

La monoplace italienne disputa sa première course au GP d'Italie 1948. Résultat: une 3e place grâce au pilote Raymond Sommer.

Image

Raymond Sommer au GP d'Italie 1948

Le 24 octobre de cette même année, lors d'une course de Formule libre, la 125 F1 remporta sa première victoire en compétition. Bon, il est vrai que la Ferrari était seule dans sa catégorie!

Pour l'année suivant, et dans le but d'améliorer ses performances, la monoplace se vit être modifiée. Le moteur passa de un à deux arbres à cames en tête et perdit son compresseur simple pour en recevoir un à deux étages. Le résultat: la puissance fut augmentée à 260 chevaux, toujours à 7 000 tr/min.
Le réservoir d'essence vit sa capacité agrandie à 140 L, histoire d'augmenter l'autonomie.

Du côté du châssis, l'empattement fut allongé, tout comme la distance entre les deux roues, à l'avant comme à l'arrière.

Même si la voiture gagna 30 kg, ses performances globales furent améliorées. Ainsi, l'écurie Ferrari signa une victoire grâce à Alberto Ascari au GP d'Italie de Monza.

Image
Ascari au GP d'Italie de Monza 1949

Malgré tout, en 1950, la 125 F1 est encore améliorée. La boîte de vitesses perd un rapport, elle en a désormais quatre, le différentiel devient autobloquant et, à l'arrière, on passe à un pont De Dion.

La monoplace passe ainsi à une puissance de 280 chevaux, libérés cette fois à 8 000 tr/min et perd 30 kg. Le rapport poids/puissance est ainsi diminué, une bonne nouvelle du point de vue des performances.

C'est à Monaco que la Scuderia participe à son premier GP dans le cadre du championnat du monde, qui avait d'ailleurs débuté au Royaume-Uni. Alberto Ascari arrive à obtenir une belle sconde place, juste derrière Juan Manuel Fangio, sur Alfa Romeo.

Image
Ascari au GP de Monaco 1950

Le Grand Prix de Suisse n'est pas une très belle réussite, puisque aucun pilote de la Scuderia Ferrari n'arrive à se rendre à l'arrivée!

À partir du GP suivant, en Belgique, Ferrari engage, aux côtés de la 125 F1, ses nouvelles monoplaces de Formule 1 à moteur atmosphérique, qui finiront par remplacer le modèle compressé. Villoresi hisse toutefois sa 125 F1 à la sixième place.

C'était la dernière fois qu'une 125 F1 engagée par la Scuderia Ferrari participerait à une course de Formule 1. En effet, quand d'autres monoplaces seraient engagées en Grand Prix par la Scuderia, ce seraient des modèles plus récents.

Pourtant, la carrière de la 125 F1 ne s'arrête pas là. Peter Whitehead, qui avait déjà engagé ce modèle en Grand Prix se chargerait, à titre de pilote privé, de conduire ce modèle en course jusqu'en 1952. Il la mènerait d'ailleurs jusqu'à une belle troisième place en France, en 1950.

Image

La voiture de Whitehead, au Grand Prix de Grande-Bretagne 1951

Bref, la 125 F1 fut la monoplace qui permit à Ferrari de commencer l'aventure de la Formule 1, aventure qui s'avérerait grandiose et fructueuse.

Technique

Moteur:V12 à 60° de 1496,77 cm³
..........Position avant
..........Alésage: 55 mm
..........Course: 52,5 mm
..........2 soupapes/ cylindre
..........1 arbre à cames en tête
..........puis deux arbres à cames en tête
Puissance: 230 chevaux à 7 000 tr/min
..............puis 260 chevaux à 7 000 tr/min
..............puis 280 chevaux à 8 000 tr/min
Transmission: Propulsion
..................5 vitesses
..................puis 4 vitesses
..................différentiel conventionnel
..................puis antibloquant
Roues: 16 pouces
.........Pirelli (Scuderia Ferrari)
Freins: Tambour aux quatre roues
Châssis: Tubulaire, longerons et traverses
Masse: 700 kg
.........puis 730 kg
.........puis 700 kg
Vitesse maximale: environ 240 km/h

Résultats en GP

(Avant 1950, liste peut être incomplète)

1948: Italie: Sommer: 3

1949: Italie: Ascari: 1 Cortese: 3
.........Belgique: Villoresi: 2 Ascari: 3 Whitehead: 4
.........Suisse: Ascari: 1 Villoresi: 2

1950: Monaco Privé-Whitehead: non participation
....................Villoresi: ab
....................Ascari: 2
....................Sommer: 4
.........Suisse: Ascari: ab
..................Villoresi: ab
.................. Whitehead: non participation
.........Belgique: Villoresi: 6
.........France: Privé-Whitehead: 3
.........Italie: Privé-Whitehead: 7
.........Bracco: Non participation

1951: Suisse: Privé-Whitehead: ab
.........France: Privé-Whitehead: ab
.........Grande-Bretagne: Privé-Whitehead: 9
.........Italie: Privé-Whitehead: ab

1952: Grande-Bretagne: Privé-Whitehead: 10
Italie: Privé-Whitehead: non qualification

-Ferrarix-

Sources: Stats F1
.............Livres "Ferrari, La passion" volumes 1 et 3
.............L'année Formule 1 1999
.............www.ferraricluvedano.it (images)

Répondre