1950 - Naissance d'une discipline

Les dates qui ont marqué la F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2209
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1950 - Naissance d'une discipline

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 3:46

Originellement posté par FlashMcQueen le 24/08/2008

(Tikimi pour http://f1davant.forumactif.net et http://superf1.be )


En 1950, une discipline qui est maintenant la catégorie reine des sports mécaniques voit le jour. Il s’agit de la formule 1.

Le premier remporte 8 points, 6 pour le 2e, 4 pour le 3e et 2 pour le 5e. Les pilotes qui partent une voiture partagent leurs points. 1 point est attribué au pilote qui fait le meilleur tour.

Le 13 mai 1950 se déroule le premier grand prix de l’histoire, sur le circuit de Silverstone, en Grande-Bretagne. La grille de départ se compose de 6 lignes : 4 pilotes de front sur les lignes impairs et 3 sur les lignes pairs…Giuseppe Farina est le premier pole-man de l’histoire, avec un tour de 1’50’8 devant Fagioli, Fangio et Parnell, tous séparés par 2 dixièmes. 4 Alfa Roméo en pole. La grille est également composée de 5 Talbot Lago Talbot, 6 Maserati, 4 ERA et 2 Alta. Il n’y a pas encore de championnat du monde de constructeurs, et les pilotes s’affrontent pour le titre de champion du monde des pilotes.

Sur les 26 engagés, seuls 21 sont parvenus à se qualifier. A l’issue de 70 tours totalement dominés par les Alfa Roméo, arrivant 1er, 2e et 3e (Fangio à lâché la course au 61e tour), Giuseppe Farina signe le premier hat-trick de l’histoire, avec le meilleur tour et la victoire ! Fagioli et Parnell le suivent.

7 jours plus tard, les pilotes se retrouvent au grand prix de Monaco. 26 pilotes sont engagés, 20 seulement au départ. Deux séances de qualification pour déterminer cette grille. Les 5 pilotes à avoir réalisé le meilleur temps lors de la première séance se retrouvent aux 5 premières places de la grille.

Fangio signe le meilleur temps (1’50’’2) devant Farina et Gonzalez. Cette fois-ci, la grille se compose de 8 lignes (3 pilotes sur les lignes paires, 2 sur les impaires). Giuseppe Farina provoque un spectaculaire accrochage général au bureau de tabac (1er tour). Finalement, Fangio, 2e vainqueur de l’histoire, termine lui aussi avec un hat-trick dans la poche. Il n’a jamais quitté sa première place.

500 miles d'Indianapolis. Les pilotes Européens n’ont, pour l’ensemble, pas fait le déplacement. Oubliez les Alfa Roméo, oubliez Farina, Fangio, Ascari. Aucun n’est là. 74 pilotes sont engagés aux 500 miles! Seuls 33 se qualifient. Il y a 11 lignes de trois pilotes de front au départ. 33 pilotes avec un moteur Offenhauser. Walt Faulkner, pole-man, ne terminera que 7e. Johnie Parsons l’emporte en 2h46 minutes, en ayant parcouru que 138 des 200 tours prévus. La course a été stoppée prématurément à cause de la pluie.

Retour en Europe le 4 juin pour le grand prix de Suisse, sur le circuit de Bremgarten. 23 pilotes engagés dont 18 prendront le départ. La première ligne est monopolisée par 3 Alfa Roméo (Fangio, Farina et Fagioli devant les deux Ferrari de Villoresi et Ascari en 2e ligne. Farina prend l’ascendant sur Fangio, mais l’Argentin abandonne le duel au 33e tour pour un problème d’électricité. Les deux Alfa sortent vainqueurs, séparés par 4 dixièmes de secondes.

En Belgique, nouvelle domination des Alfa pendant les qualifications, qui monopolisent à nouveau la 1ere ligne. Les 14 pilotes engagés se sont qualifiés, et Claes se retrouve tout seul sur la dernière ligne, prévue pour trois pilotes. Fangio gagne finalement sa 2e victoire.

Le championnat arrive en France, sur le circuit de Reims. Fangio signe sa 3e pole, sa 3e victoire et un hat-trick ! Farina connaît un problème de pompe à essence et termine 7e, derrière la Talbot de Charles Pozzi et Louis Rosier.

En Italie, 32 pilotes sont engagés ! Ils ne seront que 27 sur la grille, dont Paul Pietsh, bon dernier, qui est actuellement le plus vieux des pilotes de F1 de l’histoire en vie. La piste est large et les pilotes partent à 4 de front sur chaque ligne. Farina s’offre la victoire à domicile et Fagioli se classe 3e, derrière la Ferrari de Serafini et Ascari. A noter aussi le double abandon de Fangio ! Le premier, c’est au 23e tour pour un problème de boîte de vitesse. Du coup, il a pris le relais de Taruffi (Alfa Roméo), ce qui s’est soldé par un 2e abandon !

La victoire de Farina en Italie lui vaut un titre mondial, le premier de l’histoire de la F1 ! Avec 30 points, il devance Fangio (27 points) et Fagioli. Les Alfa Roméo ont donc largement dominé cette saison. 6 poles positions en 7 courses (ils n’étaient pas présents aux États-Unis) en tant que constructeurs et motoristes, 6 meilleurs tours et 6 victoires dans les mêmes conditions et un total de 12 podiums ! (3 pour Ferrari, 2e du classement des podiums). Fagioli est le pilote à être monté le plus de fois sur un podium en 1950. Fangio et Farina ont chacun 3 victoires, mais Fangio totalise plus de meilleurs tours en courses et de pôles positions que le champion du monde.

Elle était belle, l’époque où les pilotes pouvaient partager leur voiture (mais leurs points aussi du coup !) 7 grands prix pour une saison, et 22 pilotes dans les points.


L'Histoire de la F1

Répondre