Nicola Larini

Ici on parle des pilotes de F1, des vrais, ceux qui avaient du poûal et de la moustache
Répondre
Avatar du membre
drapeau rouge
Messages : 40
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2018 4:11

Re: Nicola Larini

Message par drapeau rouge » lun. 19 mars 2018 1:56

J'ai jamais réussis à jauger le niveau de ce pilote. Son podium est quand même une belle histoire, comme quoi avec une bonne voiture même un pilote moyen peut faire qqch.
Il fait parti de ces pilotes italiens moyen(Martini, Caffi, Ghinzani) qui ont profité des petites écuries italiennes des années 80-90 pour accéder à la F1. J'ai de la sympathie pour ces pilotes qui ont fait ce qu'ils ont pu avec un matériel très limité.

Avatar du membre
Cladounnet
Le marathonien
Messages : 1453
Enregistré le : mer. 14 févr. 2018 9:35
Localisation : Mantes la Jolie (78)
Pilote(s) favori(s) : Alonso, Räikkönen, Ricciardo, Norris
Écurie(s) favorite(s) : McLaren, Alpine
Circuit(s) favori(s) : Monaco, Spa, Montréal

Message par Cladounnet » lun. 19 mars 2018 10:41

Il me fait penser à pas mal de pilotes de cette époque qui ont malgré tout réussi à se débrouiller avec des voitures très moyennes. Le fait d'avoir obtenu son meilleur résultat lors de ce triste week-end l'éclipse de ce fait car tout le monde retient les décès de Senna et Ratzenberger. Pendant longtemps j'ai d'ailleurs été incapable de donner le podium de ce GP de mémoire.

Avatar du membre
Masta
#21
Messages : 1141
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2018 4:05
Localisation : Dans la Lune
Pilote(s) favori(s) : Jacques Villeneuve / Fernando Alonso
Écurie(s) favorite(s) : McLaren / Williams
Circuit(s) favori(s) : Spa Francorchamps
Contact :

Message par Masta » lun. 19 mars 2018 11:08

Larini fait partie de ces nombreux pilotes italiens arrivés à l'époque où il y avait trop de bons pilotes pour vraiment s'illustrer, y compris parmi leurs compatriotes (Alboreto, Nannini, Patrese, De Cesaris...). Donc jauger son vrai niveau, bien compliqué.

Il est probablement un des auteurs de podiums que l'on ignore le plus tout simplement parce que, comme toi Cladou, la majorité a oublié la composition du podium d'Imola 94. Sacrée ironie quand on sait qu'un podium d'une Ferrari en Italie, ça ne passe pas inaperçu.

Amusant de penser aussi qu'il était le test driver de Ferrari dans le milieu des années 90 après Gianni Morbidelli et qu'il cèdera son volant chez Sauber en 97 à... Morbidelli. Au moins ces deux-là ont eu droit à un shot (même deux pour Nicola) chez Ferrari. Pas comme leur successeur, hein Badoer ? :noel:
Image

Avatar du membre
Cladounnet
Le marathonien
Messages : 1453
Enregistré le : mer. 14 févr. 2018 9:35
Localisation : Mantes la Jolie (78)
Pilote(s) favori(s) : Alonso, Räikkönen, Ricciardo, Norris
Écurie(s) favorite(s) : McLaren, Alpine
Circuit(s) favori(s) : Monaco, Spa, Montréal

Message par Cladounnet » mar. 20 mars 2018 5:19

Et d'ailleurs je ne savais même pas qu'il avait roulé pour Ferrari en remplaçant Alesi. ^^

Avatar du membre
Rín
Messages : 2120
Enregistré le : mer. 14 févr. 2018 9:05

Message par Rín » mar. 20 mars 2018 5:56

Martini est pour moi , une pilote avec un vrai talent, seulement il n'a jamais eu le droit a une écurie plus forte.
Un peu comme Modena,...

Avatar du membre
Masta
#21
Messages : 1141
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2018 4:05
Localisation : Dans la Lune
Pilote(s) favori(s) : Jacques Villeneuve / Fernando Alonso
Écurie(s) favorite(s) : McLaren / Williams
Circuit(s) favori(s) : Spa Francorchamps
Contact :

Message par Masta » mar. 20 mars 2018 10:38

Cladounnet a écrit :
mar. 20 mars 2018 5:19
Et d'ailleurs je ne savais même pas qu'il avait roulé pour Ferrari en remplaçant Alesi. ^^
Alesi s'était brisé une vertèbre en essai privé, d'où ce magnifique dessin de Fiszman plus bas :mrgreen:
Rín a écrit :
mar. 20 mars 2018 5:56
Martini est pour moi , une pilote avec un vrai talent, seulement il n'a jamais eu le droit a une écurie plus forte.
Un peu comme Modena,...
Il a payé sa fidélité envers Minardi. Reste qu'on lui doit la première ligne de Phoenix 90 et le seul tour en tête d'Estoril 89. Je suis d'accord, il méritait mieux. Et c'est encore plus vrai pour Modena, le bonhomme n'a jamais pu atteindre son vrai potentiel, hormis à l'une ou l'autre occasion en 1991.
C.C. a écrit :
mar. 20 mars 2018 9:03
Le temps n'était pas a la fête, d'ailleurs Berger devait finir 2ème mais abandonna, volontairement, je ne rentrerais pas dans les détails.
Prétextant je ne sais quel souci technique mais il n'avait surtout plus le coeur à piloter avec son meilleur ami sur le point de nous quitter... Il a bien failli arrêter sa carrière après ça d'ailleurs.
Sinon Larini n'était pas un des meilleurs pilotes Italien de l'époque, pour moi un Modena, un Patrese, voir un De Cesaris dans un bon jour (quand il ne se crashait pas, il lui arrivait (parfois) de rivaliser avec les meilleurs, peu d'en souviennent mais il a failli remporter le GP de Belgique 91 (oui, le fameux), ou au moins finir 2ème, trahi a quelques tours de la fin par sa mécanique) était au dessus, sans parler de Nannini (le seul pilote Italien qui dira non a Ferrari pour rester chez Benetton 8-) ) , si il n'avait pas eu son stupide accident d'hélicoptère), je suis sure que Benetton l'aurait gardé aux coté de Schumacher au lieu de changer sans arrêt d'équipier entre 92 et 95...
Il aurait eu l'expérience technique qui aurait aidée a ce que les United Colors ne commencent pas leur déclin en 96
.
Ce pourquoi j'ai cité ces noms-là plus tôt. Et totalement d'accord pour Andrea, sa réputation était justifiée mais il méritait bien une victoire et Spa 1991 aurait pu être ce jour, je cite souvent cette course. Idem en 83 d'ailleurs avec Alfa, ou encore la fin dingue de Monaco 1982. Et ironiquement, ces trois occasions ont été gâchées par la mécanique, non par sa fougue.
Andrea était le Maldonado des 80's-90's, la différence étant qu'il n'a jamais pu gagner, Pastor si.

Nannini tenait tête à Piquet (à l'époque surtout motivé par le gros chèque de Flavio) ce n'était pas rien et oui il a refusé Ferrari, ce qui vu la suite des événements n'était pas un mauvais choix... Je suis d'accord, il aurait probablement confronté Schumacher mais on devine le résultat non ? Briatore a bien viré Brundle fin 1992 alors qu'il était raisonnablement proche de Michael en course (ce qu'il regretta par la suite).
Mais il méritait clairement une vraie victoire et pas celle offerte de Suzuka 89.
Quand a Alboreto, il ne s'est jamais remis d'avoir raté le titre en 85, et sa carrière fut un lent déclin par la suite...
Hélas oui, alors qu'il était un excellent pilote. Ken Tyrrell a constaté qu'il n'était plus le même homme entre ses débuts (81-83) et son retour en 89. Il s'est demandé si le fait d'être père ne l'a pas aussi davantage perturbé que d'autres pilotes.
Au moins il s'est construit une belle carrière en Endurance (Le Mans en 97, Sebring en 2001) avant son fameux crash mortel en essais. Un des premiers cas de pilote de F1 décédé (quelque soit la circonstance) dont j'ai un souvenir clair. :|
Fichiers joints
1994-2.jpg
1994-2.jpg (104.92 Kio) Vu 2215 fois
Image

Avatar du membre
Masta
#21
Messages : 1141
Enregistré le : jeu. 15 févr. 2018 4:05
Localisation : Dans la Lune
Pilote(s) favori(s) : Jacques Villeneuve / Fernando Alonso
Écurie(s) favorite(s) : McLaren / Williams
Circuit(s) favori(s) : Spa Francorchamps
Contact :

Message par Masta » mer. 21 mars 2018 9:32

C.C. a écrit :
mer. 21 mars 2018 8:05
C'est d'autant plus ironique quand on sait que Brambilla, le Maldonado des Seventies, en a gagné une aussi (Autriche 75), et sous la pluie en plus avec le meilleur tour en prime, dépassant et larguant Hunt avec la manière.
Exactement. Tout comme Pastor a gagné à la régulière.
Piquet était payé au points (100 000 Dollars) en 90 par Briatore qui se méfiait si le Brésilien était encore motivé (on le disait "fini" après son passage chez Lotus), mais il remporta 2 victoires, certes Suzuka 90, si il n'y avait pas eu accrochage au 1er tour entre les 2 challengers pour le titre, il aurait eu peu de chance de la gagner, en revanche, a Adelaide, pour le dernier Grand Prix de la saison il l'a remporté sans discussion possible, les abandons font parti de la course (certes Prost était moins motivé, mais Piquet était intelligent, et Mansell tentera de le dépasser plusieurs fois, mais Piquet repris toujours sa place (et Moreno était a 1 tour et non plus sur le podium). Piquet finissant 3ème du championnat 1990, avec 43 points, je vous laisse faire le calcul, de quoi rendre Briatore grisonnant :mrgreen:
Nelson a admis lui-même qu'en 1989 il n'en avait plus grand chose à faire, d'où le salaire au point de Flavio. Ca s'est révélé une bonne affaire financière pour le Brésilien avec ses 43 points en effet :mrgreen: Et oui Adélaïde a été remporté à la régulière. De façon amusante ses trois derniers succès sont liés à Mansell : au Japon il gagne après que Nigel grille son embrayage en repartant trop vite des stands, en Australie il gagne de justesse alors que Nigel a failli s'empaler sur lui dans l'épingle au dernier tour et au Canada... well on connait tous l'histoire :mrgreen:
Image

Répondre