1952 - La Domination d'Ascari

Les dates qui ont marqué la F1
Répondre
Avatar du membre
JTarJ
Site Admin
Messages : 2546
Enregistré le : sam. 27 janv. 2018 8:24
Localisation : Bezons (95)

1952 - La Domination d'Ascari

Message par JTarJ » sam. 03 févr. 2018 3:38

Originellement posté par Tikimi le 16/11/2008

Cette année, Juan Manuel Fangio ne participe pas au championnat du monde de Formule 1, suite à un accident au volant d’une Ferrari qui le blessa grièvement aux cervicales. Nous ne retrouvons donc au départ de cette saison qu'un seul pilote déjà titré: Giuseppe Farina. Le barème est le même que la saison passée, soit 8, 6, 4, 3 et 2 pts pour les 5 premiers, avec un bonus d’un point pour l’auteur du meilleur tour en course. Là encore, seuls les 4 meilleurs résultats de chaque pilote compteront pour le général.

Sur les 26 pilotes engagés, 21 seront au départ du premier grand prix de la saison, qui commence en Suisse. En première ligne, on trouve Farina, Taruffi, tous deux sur Ferrari, et Manzon sur une Gordini T16 : La première participation de Gordini en F1. Sur la deuxième ligne, Simon et Fischer, tous deux sur une Ferrari 500, viennent encercler la Gordini de Manzon.

Giuseppe Farina prend un bon départ et conserve la tête du grand prix, jusqu’au 16e tour où il doit abandonner sur un problème de magnéto. Il laisse la tête à Taruffi, et la 2e place à Simon. La course est donc menée par 2 Ferrari, et Behra occupe la 3e position devant une 3e Ferrari : celle de Fischer.

Au 22e tour, Farina relaie Simon au volant mais devra abandonner 29 tours plus tard sur le même problème qu’avec l’autre Ferrari 500, alors qu’il était parvenu à repasser Behra, tout comme Fischer qui s’était installé 3e. La course était donc commandée par 3 Ferrari avant l’abandon de Simon et Farina, abandon qui offre la 3e position à Behra.

Piero Taruffi bouclera les 62 tours en 2 minutes et 37 secondes de moins que Fischer, et Jean Behra offrira un podium à Gordini pour sa première participation en F1, Manzon ayant abandonné au 20e tour. Taruffi signe également le meilleur tour en course et remporte donc 9 points.

Le 30 mai 1952, Ascari est le seul pilote du championnat de F1 à avoir fait le déplacement pour courir à Indianapolis. Ascari est parvenu à qualifier la seule des 4 Ferrari qui ont tenté de participer à l’épreuve. Hélas, il abandonnera dès le 40 des 200 tours prévus suite à un problème de roue. Le 3e pilote de l’épreuve à abandonner. Les 500 Miles sont remportés par Troy Ruttman devant Jim Rathmann et Sam Hanks. Le meilleur temps va à Bill Vukovich, qui abandonna l’épreuve à 9 tours de la fin sur un accident ! Mais ne nous attardons pas trop sur ce grand prix d’Iindianapolis, qui représente un interêt assez limité pour les enjeux de la saison 1952.

La saison se poursuit en Belgique, pour le 2nd grand prix Européen. Sur la première ligne, les 3 Ferrari d’Ascari, Farina et Taruffi, suivies des deux Gordini de Manzon et Behra en 2e ligne. En 6e position, on retrouve un jeune débutant… un certain Mike Hawthorn sur une Cooper Bristol.

Au départ, Jean Behra surprend tout le monde et pointe en tête dès le premier tour. Il est suivi par Alberto Ascari, Giuseppe Farina et…Hawthorn. Piero Taruffi ne passe la ligne que 9e. On ne sait pas très bien ce qu’il est arrivé au pilote Ferrari. Toujours est-il qu’il remontera progressivement jusqu’en 3e position, au 13e tour. Mais un accident le privera du reste de la course. Dès le 2nd tour, Ascari et Farina ont repassé Behra, maintenant 3e. Après 15 tours, les deux Ferrari mènent toujours l’épreuve mais Behra a du abandonner suite à son accident au 13e tour, certainement avec Taruffi. Mais ce n’est pas Hawthorn qui pointe 3e : Robert Manzon, auteur d’une belle remontée, devance le pilote britannique. Paul Frère pointe 5e, devant Brown.

Ascari terminera l’épreuve avec moins de 2 minutes d’avance sur Farina. Robert Manzon, 3e, arrive à 4 minutes 30 du vainqueur, et Mike Hawthorn termine 4e pour son premier grand prix, devant Paul Frère. Ascari signe le meilleur tour en course et remporte ainsi 9 points. Au général, Ascari et Taruffi sont à égalité avec 9 points. Farina en totalise 6.

La grille de départ du grand prix de France est très semblable à celle du GP de Belgique… Les 3 Ferrari d’Ascari, Farina et Taruffi en première ligne, les deux Gordini de Behra et Manzon en 2e ligne.

Le grand prix a été assez monotone en tête de course : Ascari n’a jamais quitté sa première place, Farina n’a pas décollé de sa 2e position et Taruffi, auteur d’un mauvais départ, a recollé à ses deux coéquipiers dès le 4e tour pour ne plus quitter la dernière marche du podium. Manzon, 3e avant de se faire doubler par Taruffi, est resté 4e du 4e tour à la fin et Trintignant, 5e dès le 3e tour, est allé jusqu’au bout de l’épreuve sans changement de position, excepté entre les tours 39 et 46 où Peter Collins et Mike Hawthorn sont venus se battre pour cette 5e place, en vain.

Alberto Ascari, le plus rapide en course, inscrit donc 9 nouveaux points au championnat et s’envole en tête ! Il est suivi par Taruffi, 13 points, et Farna, 12 pts.

En Grande-Bretagne, la piste de Silverstone étant assez large, la grille de départ est alternée entre 4 voitures de front pour les lignes impaires et 3 pour les lignes paires. Sur la première ligne, on retrouve une nouvelle fois les Ferrari de Farina, Ascari et Taruffi, et la première ligne est complétée par la Gordini de Manzon.

Pour Ascari, même film de la course qu’à Rouen : 1er du début à la fin, cette fois-ci après avoir pris l’avantage sur Farina au départ. Farina pointe 2e au premier passage, devant Poore, parti 8e, et Downing, élancé depuis la 6e place. Parnell, 5e, se fera rapidement doubler par McAlpine, qui lui-même ne résistera pas à Hawthorn, à son tour repris par Taruffi. Comme à son habitude Taruffi avait raté son départ. Il lui a fallu 4 tours pour revenir dans les points, 8 pour reprendre Downing, et 15 pour reprendre Poore, donc se retrouver 3e derrière Ascari et Farina. Lequel Farina, 2e au 26e passage, pointera 6e au tour suivant, avant de se faire passer par McAlpine ! Taruffi se retrouve donc 2e, devant Poore et un heureux Mike Hawthorn, parvenu à passer Downing au 16e tour.

Au 49e tour, Hawthorn se retrouve devant Poore, en 3e position donc. Au tour suivant, Farina entre dans le top 5 mais sera sorti des points par McAlpine qui, alors 7e, a doublé Parnell puis le champion 1950. Finalement, Alberto Ascari remporte le GP de Grande-Bretagne, là encore avec le meilleur temps au tour. Piero Taruffi arrive un tour plus tard, Hawthorn et Poore au tour suivant.

Au général, Ascari s’échappe encore plus. L’Italien totalise 27 points, Tarufi 19 et Farina toujours 12.

En Allemagne, la grille de départ à la même disposition qu’à Silverstone. Mais cette fois-ci, Taruffi n’est pas en première ligne ! La pole position revient à Alberto Ascari, devant Farina et deux Gordini. Mais aucune des deux Gordini n’est pilotée par Behra, qualifié 11e… C’est Trintignant qui signe le 3e temps, devant Manzon, 4e. Taruffi et Fischer amènnent leur deux Ferrari en 2e ligne devant Paul Pietsch, qui est à ce jour l’homme le plus âgé, en vie, à avoir piloté une F1.

Ce grand prix ne comporte que 18 tours. 18 boucles d’un des plus grands circuits du monde : le Nürburgring (22,810 km !). Sur les 32 pilotes au départ, il n’en restera plus que 29 au premier passage, puis 22 au 2nd tour et finalement 12 à l’arrivée. Après une boucle du « circuit aux 1000 virages », Ascari passe en tête devant Farina, Manzon, Taruffi, Fischer et Behra. Alberto Ascari ne lâchera pas la tête de toute la course, Farina et Taruffi seront en grande lutte pour le 2e place. Finalement, c’est Farina qui remporte le duel, Taruffi, doublé par Fischer à deux tours de la fin, terminera en 4e position. Manzon a du abandonner au 8e tour après avoir perdu une roue, laissant à Behra la 5e place.

Sur les 5 piltoes dans les points, on retrouve donc 4 Ferrari aux 4 premières places ! Jean Behra, au volant de sa Gordini, vient empecher Laurent, pilote Ferrari lui aussi, de compléter ce top 5. Laurent terminera 6e.

Avec le meilleur tour en course, Alberto Ascari remoprte à nouveau 9 points et edvient ainsi champion du monde. Comme seuls les 4 meilleurs résultats de la saison comptent et qu’il vient d’enchaîner 4 fois le maximum de points (8 de victoire + 1 de meileur tour)… Il totalise 36 points. La bataille pour la seconde place est interessante : Taruffi (22 points) et Farina (18 points) sont très proches !

Il ne reste plus que deux grands prix. Nous arrivons aux Pays-Bas, et Ascari, déjà titré, signe la pole devant Farina et Mike Hawthorn qui n’avait jamais aussi bien roulé en qualifications jusqu’à maintenant. En 2e ligne, la Ferrari de Villoresi est aux côtés de la Gordini de Trintignant.

Alors qu’Ascari, comme d’habitude, domine le Grand Prix du drapeau Néerlandais au drapeau à damier, Mike Hawthorn prend un meilleur départ que Farina et pointe devant lui au 1er passage ! Hélas pour le britannique, Farina n’aura pas beaucoup de mal à revenir. Giuseppe passera sa course en 2e position. Quant à Mike Hawthorn, il ne pourra rien faire contre la Ferrari de Villoresi qui viendra compléter un podium 100% Ferrari. Manzon termina le GP en 5e position devant Trintignant et Duncan Hamilton.

Ascari totalise donc 36 points sur un total de 45 puisqu’il signe, en Allemagne, un nouveau meilleur tour en course… mais ses ponits ne comptent plus pour le classement général. Farina, avec 24 points, prend la 2e place à Taruffi, 22 points.

Nous arrivons enfin au dernier grand prix de la saison 1952, que Fangio n’a vu qu’en spectateur.
4 voitures par lignes au départ du GP d’Italie 1952. Sur la première ligne, Ascari, Villoresi, Farina et Trintignant. 3 Ferrari et une Gordini. Le 5e sur la grille est Jose-Froilan Gonzalez.

Gonzalez, auteur d’un départ éclair, prendra la tête du GP pour ne la perdre qu’au 36e tour. Ascari et Villoresi, en lutte pour la 2e lpace, passent alors 1er et 2e. Farina se faufile jusqu’en 3e place mais sera repris par la Maserati de Gonzalez. Gonzalez reprendra ensuite Villoresi, tandis que Bonetto, pilote Maserati également, occupe la 5e place devant Simon et Taruffi. Le 8e à l’arrivée est Landi, sur Maserati lui aussi.

Une saison 1952 complètement dominée par Ferrari, où Alberto Ascari s’est imposé à 6 des 8 GP, signant les 6 fois le meilleur tour en course. En Italie, Gonzalez et Ascari n’ont pu être départagé pour le meilleur tour en course donc les deux pilotes ont chacun empochés 0,5 points.

Ascari a donc inscrit 53,5 points au général, et ses 4 meilleurs résultats lui valent un total de 36 points. Farina, 2nd, termine avec 27 points dont 3 non-comptabilisés (les 3 du GP d’Italie). Taruffi, entré dans les points seulement 4 fois, marque 22 points et Fischer, avec 10 points, vient placer une 4e Ferrari dans le top 4 du campionnat du monde 1952.

Mike Hawthorn est certainement la révélation de la saison, avec ses 10 points en 6 GP. Enfin, les Gordini, très performantes aux qualifications, étaient rarement bien placées à l’arrivée. Manzon termine 6e avec 9 pts et Behra 10e avec 6 pts.

Répondre